Blog
Notre part pendant le COVID-19

Notre part pendant le COVID-19

Philosophie BIO minimaliste Actualité
Nous nous sommes impliqués pendant le Covid

NOUS ETIONS LA... NOUS AVONS FAIT NOTRE PART

 

Stop Covid-business

Quand l'épidémie de Covid-19 a bloqué le pays et le monde en mars 2020, nous étions à quelques jours, pour ne pas dire quelques heures de présenter nos parfums 100% d'ingrédients bio sur lesquels Sidonie avait travaillé pendant presque 2 années ! Quand c'est son bébé qu'on assassine, on réagit immédiatement. Nous avons donc décidé dès le début de l'épidémie de ne pas rester comme 3 ronds de flan. On savait que les soignants n'avaient rien à attendre de l'Etat puisque c'est l'Etat lui-même qui a organisé leur situation précaire depuis plus de 10 ans. Il ne faut pas compter sur ceux qui nous précipitent dans les tourments pour nous en sortir, il faut agir par nous même, quitte à désobéir quelquefois. Il arrive d'ailleurs que l'histoire rejuge la désobéissance en résistance. Un ancien Président, bras ballants lui aussi, parlait de sans dents. On pourrait aujourd'hui parler des sans masques, des sans solutions hydro-alcooliques, comme toujours, abandonnés. Notre devoir était de réagir et de laisser tomber parfums, cosmétique minimaliste et touti quanti. Puique nous sommes un labo, autant que ça serve à quelque chose !

 

Et le savon alors ?

on en a besoin en période de virus pour se laver les mains ! Là c'est nous qu'on a assassiné, nous les petits artisans du savon, les invisibles. Une pétition tourne sur change.org 
Cher consomateur-trice, les grandes chaines de télé (TF1 / LCI, etc)  vous ont mis en boucle dans la tête que les savonneries faisaient fortune pendant l'épidémie du Corona-virus. Vous les avez crues parce que quand c'est la télé qui l'a dit, pour une bonne partie du troupeau, alors c'est forcément vrai ! Regarder la télé en boucle nuit gravement à la santé et ça provoque même des épidémies, sachez-le, comprenne qui pourra ! Un des thèmes préférés de ces marchands de Coca Cola et autre substances biocides (un marronier dans le jargon journalistique) c'est justement de parler des savonneries à tort et à travers, en veux-tu en voilà !  Savonneries qu'ils imaginent comme une image d'Epinal et on vous vante les savonneries de Marseille ou des usines à savon liquide avec des chiffres d'affaire à 8 chiffres ou plus, mais avec une belle étiquette sur le flacon. Ceux là sont les gagnants du Corona-virus.
En ce qui nous concerne, les petits, nous sommes au fond ceux qui soutiennent le pays. Ceux dont nous aurons besoin dans les mois qui viennent pour trouver du travail à vous, les gens (à condition que vous arrétiez de regarder les grands médias sans allumer votre cerveau en même temps).  

 

Nous avons fabriqué 300 litres de solution hydro-alcoolique

Nous avons pris la décision dès le 20/22 mars de détourner nos stocks d'alcool à 96° bio, initialement prévus pour formuler nos eaux de parfum bio. Nous les avons transformé en solutions hydro-alcooliques. Là aussi, on a vu dans les médias, les uns, les autres se montrer pour expliquer fièrement qu'ils faisaient quelque chose de grand en fabricant des gels désinfectants qu'ils commercialisaient. Dans notre petit labo de la rue du Guerfou, à Benet, en Vendée, pays du préfou et de la mogette, nous en avons fabriqué 300 litres. Pendant ce temps, à l'OMS et autre organisation représentatives comme on les appelle pudiquement publiaient des recettes et... c'est tout. En nous rendant sur le site de l'OMS au début de la crise, il fallait vraiment chercher pour entendre parler du Corona-virus. L'Etat ouvrait la possibilité aux uns et aux autres de fabriquer avec des recettes hyper simples, telles qu'un enfant de 10 ans auraient pu les faire lui-même. Dans le même temps, L'Etat toujours encadrait les prix, pour décourager les petits d'en fabriquer trop, des fois qu'on y prendrait goût. A tel point qu'ils on dissuadé les pharmacies d'en fabriquer. Il fallait laisser le privilège de ces produits à forte valeur ajoutée et pas du tout technologiques à quelques laboratoires.
Vérifiez après coup, combien restera t-il d'entreprises qui fabriqueront encore des SHA ou GHA ? et dans 6 mois ? Ce seront les mêmes qui auront repris les privilèges que la loi leur a réservé au chaud.

 

L'homme est inadapté, nous devons faire de la place

Nous sommes encore très loin des solutions, fussent-elles hydro-alcooliques. Quelque chose s'est rompu avec l'évolution des espèces et l'homme va disparaitre, c'est mieux pour la vie sauvage. Newton avait donc raison, les espèces évoluent mais l'homme régresse. peux affirmer (et ce serait un sujet de thèse intéressant) que le troupeau est trop con, se reproduit trop vite et trop bien. Mais des tares apparaissent de plus en plus nombreuses dans nos adn. Elles nous rendent inadaptés et nous obligent à vivre en "homme augmenté artificiellement". Notre espèce est devenue inadaptée à la vie sauvage. Vivre avec la nature ce n'est pas aller observer les orang-outan dans leur mileu, ça ça s'apelle aller les emmerder. Ce n'est pas mettre des vélos sur la galerie du 4x4 BMW, parce que le vélo c'est plus écolo ! Ce n'est pas expliquer au paysan bio comment on plante les choux quand on a vécu toute sa vie en ville... Ce n'est pas tuer tout ce qui bouge pour faire pousser 3000 ha de maïs d'un seul tenant, en construisant des bassines de millions d'hectolitres pour s'accaprer l'eau nécessaire à les arroser (Nous sommes de Benet en Vendée, venez voir si on vous ments). Ce n'est pas se précipiter tous au même endroit au même moment, parce qu'un média a mis en lumière une petite crique de rêve perdue au milieu de la Méditerrannée, qui ne demandait qu'à rester en paix. Ce n'est pas faire fabriquer des masques à des milliers de kilomètres et trembler quand on en a plus ici. Ce n'est pas privatiser des moyens de lutte contre une épidémie par un petit nombre et leurs profits. Vivre avec la vie sauvage consiste à s'adapter à la nature sans tout tuer, à rester petit pour être plus agile. Enfin, vivre avec la vie sauvage consiste à faire sa part, pas plus pas moins, dans l'intérêt global de ce qui nous entoure. De ce côté là, j'en connais qui se sont comportés en éléphants, pataux et fuyants devant la souris, qui ont la loi avec eux et une milice pour la faire appliquer.


Des solutions 

Nous voulions encore vous remercier les gens de la vraie vie, pour avoir été présent pendant cet épisode malheureux. Nous compatissons avec la douleur de ceux qui ont connu le drame de la perte d'un proche. Cette maladie est une maladie civiisationnelle. C'est maladie de la mal-bouffe, de la conso à outrance, de la pollution et des lois, des normes, des règlements (dérèglements). Mais regardez avant, pendant, regardez après, et tout reviendra à sa place (au mieux). C'est l'ordre selon l'humain.
Nous avons fait le colibri, et pour mieux essayer d'éteindre l'incendie, avec nos petits becs, nous les avons offerts pour éviter l'opportunisme.
- Merci à tous nos revendeurs, magasins bio, pharmacies, instituts de beauté, parapharmacies : 65 litres de solutions hydro-alcooliques distribuées
- A la sécurité civile : 25 litres
- Aux médecins et infirmiers de Benet : 2.5 litres
- Aux Epadh de Benet et l'Hermenault : 25 litres
- A la communauté de communes Vendée Sèvre Autize : 20 litres
- A la mairie de Bouillé Courdault : 5 litres
- Aux médecins et infirmiers de Parthenay : 2 litres
- Aux médecins et infirmiers de Saint Symphorien (par l'intermédiaire de leur pharmacie) : 7.5 litres
- Aux pompiers de Benet : 5 litres
- Aux crèches et écoles de Benet (pour garder les enfants des personnels soignants) : 5 litres
- A une copine infirmière libérale à Sait Julien l'Ars dans la Vienne : 0.5 litres
- A l'association aide et multi présence (rester vivre chez soi) maintien de personnes âgées à domicile de Cholet : 25 litres
- A la société Niortaise GV service (solution de maintien des personnes âgées à domicile) : 12 litres
- Au Sycodem (recyclage des déchets du sud Vendée) : 10 litres
- A Intermarché Benet, au boucher de Benet Thierry Poyvre, - A l'éleveur de volaille du coin Benoit Aubineau, A la ferme du Marais Poitevin qui attend vos résa pour vos vacances Mauve Ménard, Aux producteurs de melon de Vix, A l'esthéticienne de Benet Beauté Zen Laurence Martori, au marchand de journaux / tabac de Benet, A la ferme des Vrizon à Benet pour ses bons fromages et aux commerçants et artisans de Benet...
Merci à tous ceux qui nous ont aidé, par exemple en cherchant des sources d'approvisionnement en alcool (municipalité de La Rochelle) et en contenants vides.Merci pour les bouquets de fleurs, les boites de chocolats, les fromages reçus en échange...Par la suite nous ne fabriquerons plus de solutions hydro-alcooliques, mais un nettoyant nomade bio pour les mains qui permettra de se nettoyer les mains sans eau. Cette solution purifiante bio pour les mains est plus élaborée et cosmétique. Elle contient des huiles essentielles, et elle est hydratante. Elle est idéale pour être utilisée en voiture, en randonnée, au travail etc… Elle est disponible dans un premier temps directement au labo, 28 rue du Guerfou à Benet.

 

Une morale au Corona-virus. Une autre vie est possible après l'humain

Pendant ce temps, les oiseaux ont ri, les coquillages ont baillé, le ciel s'est éclairci, les herbes folles ont poussé dans les lieux publics. Bientôt la fraicheur oubliée mais pourtant possible d'un juin s'installera. On ne ne vous dis pas tout ce qui a bien pu se passer dans les fourrés, les taillis... à moins d'un kilomètre de chez vous ! Pendant que nous foutions la paix à la nature, bien enfermés dans nos tours d'ivoire. Vous verrez, nous nous sentirons bientôt investis de la mission de tuer tous ces animaux parce q'uils deviennent nuisibles. A moins que ce ne soit la vie sauvage qui nous considère comme une espèce nuisible et nous fasse disparaitre inéxorablement.
Notre part pendant le COVID-19


N'hésitez pas à réagir à cet article ou à partager votre expérience en laissant un commentaire ci-dessous, ou sur les réseaux sociaux !
Partagez cet article