Blog
Mes huiles végétales préférées en cosmétique minimaliste

Mes huiles végétales préférées en cosmétique minimaliste

Philosophie BIO minimaliste Recettes

Je vous présente mes choix en matière d'huiles végétales complètes, fermières et bio. Voici 5 d'entre-elles que j'affectionne pour enrichir mes cosmétiques... 

Mes huiles locales préférées pour mes cosmétiques minimalistes

Les huiles végétales sont innombrables. Dans cet article, je voudrais faire le zoom sur 5 d’entre-elles que j’affectionne particulièrement pour plusieurs raisons :

Ces 5 huiles végétales rares : Bourrache, cameline, chanvre, amande de prune et noisette sont toutes fermières et agriculture biologique.

 

  • Leur culture et transformation en France
  • Leurs qualité intrinsèques pour l’organe peau et leur assimilation cosmétique
  • Le diversité qu’elles apportent et comment elle complètent les indispensables beurres exotiques.

Vous les trouvez dans les formules suivantes :

                       

L’huile végétale c’est la base de la cosmétique,

Longtemps la cosmétique comme avant, c’est-à-dire avant les scandales alimentaires des années 2000-2010 utilisait largement les huiles minérales (pétrole) parce qu’elles sont inertes, ne se dégradent pas facilement et sont bon marché ! Vous souvenez-vous de cet ingrédient INCI ? Mineral oil ou petroleum ou petrolatum, c’est de l’huile de roche ou huile minérale = hydrocarbure. Je vous vois presque faire « Pouah ! quelle horreur » pourtant avant l’ère de la compréhension des étiquettes, cet ingrédient a été extrêmement développé en cosmétique et largement tartiné sur vos peaux douillettes.

La cosmétique c’est un peu de la cuisine. 

Un ingrédient isolé ne permet pas de faire une recette, il faut y ajouter les bons accords. En cuisine, les grands chefs cherchent à flatter vos papilles gustatives et vos yeux (présentation du plat). On peut également chercher à favoriser une fonction (diète, digestion, lutte contre une carence ou au contraire un excès…) on parle alors de régime alimentaire, on cible le besoin.  En cosmétique c’est pareil mais cette fois-ci on cible votre peau. Dans tous les cas c’est un exercice qui se situe entre esthétique qui flatte votre envie d’acheter en prime abord et la formule elle-même qui va vous fidéliser car vous y trouverez un confort.

Mise en pot des déodorants solides

                                    Mise en pot des déodorants solides

Mon idée c’est de ne pas tomber dans la mode du moment,

Par définition, ça ne dure jamais bien longtemps. Il arrive toujours un moment ou une entreprise dominante communique très fort pour s’accaparer la mode. Puis en général, la mode décline (dans les 5 ans). J’ai élaboré des formules que je trouve confortables et qui apportent quelque chose de nouveau, que je conserve sur le long terme. Depuis 2012, 100 % de mes recettes sont toujours en place (exception faite de la sève de peuplier que j'ai arrêté pour des questions de difficulté de récolte).

L’exemple des déodorants solides en devient caricatural.

Outre qu’on retrouve le nom de Mon’déo chez d’autres fabricants, les formules commencent depuis 1 an ou 2 à être accaparées par des marques conquérantes qui envahissent l’Europe. Il ne sont pas moins chers mais ils sont formulés sans l’huile végétale noble. Celle-là même dont les principes actifs vous apportent du confort.

Le liant cet ingrédient qui marie les ingrédients entre eux

C’est la farine pour faire un roux qui permettra de lier le plat, c’est le vin blanc qui déglace la poêle pour en faire un accompagnement…). Ce liant en cosmétique c’est un émulsionnant qui lie l’huile et l’eau (cas des cosmétiques qui contiennent de l’eau). Avant c’était souvent un silicone qui prenait le rôle de liant, maintenant les fabricants industriels sont plus subtiles. Quoi qu’il en soit ces ingrédients sont fabriqués par les industriels, pas des agriculteurs et je n’en veux donc pas dans mes cosmétiques. Il existe cependant des solutions naturelles pour cette fonction mais compliquée voire impossible à l’industriel ou au semi-industriel.

Revenons aux huiles végétales Françaises

J’utilise l’huile de bourrache pour enrichir les 4 formules de Mon’déo solides, les huiles de chanvre et de cameline et de bourrache dans Mon’fluide hydratant. Concentrer ainsi 3 huiles enrichissantes dans une seule formule est rare en cosmétique. C’est une marque de qualité car ces 3 huiles végétales sont chères en fermier (plus de 45 € le litre pour la bourrache).

Le cas de l’huile d’amandon de prune bio et de noisettes bio torréfiées

D’autres fois je privilégie toujours le fermier mais pour le parfum naturel que dégage l’huile. Parfumer avec les huiles végétales c’est parfumer sans allergène notoire. Ainsi les huiles odorantes d’amande de prune et de noisette dans ma collection d’huiles de massage sont autant d’huiles végétales rares et agricoles que l’on trouve sous nos climats.

Huile de massage prune noisette

Enrichir avec des huiles végétales

Enrichir un cosmétique c’est lui ajouter un ingrédient parfois rare mais toujours précieux en cosmétique. Chaque huile végétale vierge et de surcroit bio contient des  acides gras, des vitamines, des caroténoïdes (pré-vitamine A), des stérols (préconisés pour l’élasticité de la peau), du tocophérol (anti-oxydant aussi connu sous le nom de vitamine E)… Et une multitude d’ingrédients bénéfiques à la peau. Voici 3 d'entre-elles que je vous détaille dans les lignes qui suivent :

L'huile de bourrache, présente dans Mon’déo et Mon’fluide hydratant sans eau

L’huile de bourrache « la bonne étoile des jardins » doit son surnom à la forme étoilée de sa fleur bleue intense. C’est une plante potagère très prisée des connaisseurs. J’en ai dans mon potager, j’en mange éventuellement, en tout cas je ne me lasse pas de la belle couleur bleue de cette fleur et je me réjouis d’y voir butiner les abeilles !

L’huile de bourrache est présente dans Mon’déo (Borago Officinalis Seed Oil) et dans mes fluides hydratants Mon’fluide, parce qu’elle est riche en acide Gamma-linoléique (Omega 6 synthétisable par les cellules humaines et en acide oléique (Omega 9). En plus faible proportion on trouve l’acide Alpha-linoléique (Omega 3). Elle est très concentrée en vitamine E (peau). Il est documenté que l’acide gamma-linoléiques permet d’améliorer l’eczema et en général les dermatites. L’huile de bourrache utilisée est fermière et bio . C’est de la graine qu’est extraite l’huile, par pression à froid pour conserver les précieux acides gras. La thèse de Nathalie Dupérat sur le sujet de l’huile de bourrache confirme ses bienfaits pour la peau, les dermatites et l’acné.

déodorant huile de bourrache

L’huile de chanvre, présente dans mes fluides hydratants sans eau

L’huile de chanvre je l’utilise depuis 2013 c’est-à-dire bien avant la mode du CBD. Je décline donc toute volonté d’avoir cédé au clientélisme. Evidemment le chanvre que j’utilise est la plante agricole, celle qui ne contient pas un taux de THC répréhensible (en France). Le cannabis sativa est son nom botanique. Bizarrement la plante porte le même nom en fonction de sa destination : agricole pour l’huile végétale ou les fibres dont on se sert (se servait ?) pour fabriquer des cordages ou bien des vêtements rêches des rudes gaillards du moyen-âge, ou chimique pour la transformation en psychotropes.

Il en existe donc bien plusieurs sous espèces différentes d’un point de vue notamment de la concentration en THC (substance psychotrope que tout le monde connait sous le nom de cannabis ou marijuana en fonction de la partie de la plante transformée).

Je veux bien être reprise si je me fourvoie mais le chanvre cultivé en France (en plein champ) ne produit pas de THC. Il s’agit donc bien dans le cas de l’usage cosmétique du cannabis sativa « agricole » que j’utilise dans Mon’déo et dans Mon’fluide hydratant. Je l’utilise d’abord parce qu’elle se cultive largement sur le territoire Français mais surtout parce   qu’elle est riche en acide Alpha-linoléique (les Omega 3) faiblement présents dans l’huile de bourrache dont je vous parlais plus avant. Elle contient l’acides gras poly-insaturés Gamma-linoléique (Omega 6) en plus faible quantité. Vous le comprenez, les huiles de bourrache et de chanvre se complètent à merveille. On extrait l’huile des graines, à froid. Elle est de couleur verdâtre (présence de la chlorophylle). Cette huile convient parfaitement aux peaux très sèches. Elle renforce le film hydrolipidique de l’épiderme. Elle est non comédogène.

Hydratation sans eau cameline bourrache chanvre

Bienfaits de l’huile de cameline bio, présente dans Mon’fluide hydratant sans eau

Elle complète le cocktail des huiles de bourrache et de chanvre par les acides gras poly insaturés qu’elle contient.

On note aussi une forte présence d’acides gras mono insaturés Alpha linoléique Omega 3 qui auraient un rôle dans la souplesse (élasticité) de la peau. Elle serait anti inflammatoire donc bénéfique contre les rougeurs et les irritations. C’est également l’huile végétale de l’hydratation de la peau (acide linoléique Omega-6). Elle contient aussi beaucoup d’acide gras Omega 9 qui contient elle-même l’acide gadoléique. L’huile de cameline complémente parfaitement les 2 précédentes (Chanvre et bourrache) dans Mon’fluide hydratant. Elle apporte de la pro vitamine A et de la vitamine E et des phytostérols (anti-oxydants)

La cameline est aussi appelé le faux lin. Elle est cultivable presque partout en France, vous la trouvez sous le nom INCI « Camelina sativa seed oil » dans mes formules. Elle est produite par pressage des graines à froid et est issue d’une culture biologique. Si vous voulez en savoir plus sur cette plante je vous invite à lire ceci. 

Que retenir de toutes ces informations ?

En cosmétique à usage externe comme les miens, je me dois de vous formuler des cosmétiques élaborées pour votre bien être. Le but de cet article est de vous sensibiliser au fait que mes cosmétiques ne sont pas formulées par hasard. Vous rendre conscients aussi que le minimalisme en cosmétique, ne consiste pas à apauvrir les formules en se concentrant seulement sur les 2 huiles majeures (coco, karité). La cosmétique minimaliste c’est celle qui épure en retirant principalement les émulsionnants, les tensio-actifs (SCI-SLS, Sodium Cocoyl Glutamate…), les conservateurs (Sodium Anisate ou pire), les solvants (Pentylene Glycol…), les épaississants (Stearic Acid…). Ce sont des ingrédients que j’estime superflus et qui ne servent qu’à justifier la cosmétique industrielle ou semi-industrielle. A ma mesure, sélectionner une huile végétale agricole, bio et produite en local est simple car mes volumes annuels sont faibles. Si mon ambition était d’envahir l’Europe, je ciblerait uniquement les huile végétales de base, simples à approvisionner en gros volume et bon marché. Je favorise les ingrédients naturels et de proximité car pour moi, ce sont les seuls soutenables.

Comme en alimentaire on voit de plus en plus émerger la théorie du super aliment.

Celui-ci, paré de toutes les vertus et qui disqualifierait les autres. Ce qualificatif est exagéré, il ne s’agit que de modes, je n’ai pas changé mes premières formules depuis 2012. Tout comme je pense qu’il n’existe pas de super aliment, je crois aux vertus de la diversité (de la biodiversité), en cosmétique comme dans l’alimentation. Notre corps a besoin d’équilibre mais pour trouver et réguler par lui-même cet équilibre, il lui faut les bons ingrédients à la base, les bonnes molécules, les bons gras, les bonnes vitamines… Voilà pourquoi je recherche des formules minimalistes et naturelles mais aussi complètes que possible pour votre peau.

La cosmétique n’a pas vocation à chercher à soigner, elle existe pour améliorer le confort de la peau et les sensations qu’elle procure c’est déjà beaucoup (souplesse, hydratation, hygiène, parfum…). Si en plus elle améliore votre état de santé général, alors j’en serais ravie.

Pour moi le minimalisme en cosmétique s’obtient justement en privilégiant l’ingrédient naturel par opposition avec l’ingrédient d’origine naturel (celui qui est dérivé du naturel).  C’est pour cela que vous ne trouverez aucun conservateur dans mes cosmétiques, aucun émulsifiant (Soit disant à base d’huile d’olive interdits chez Nature et Progrès, pas plus que les autres à base d’huile de palme).

Faites-moi savoir si je fais les bons choix depuis 2012 et si mes produits vous apportent du confort et du plaisir au quotidien, c’est ma seule ambition.

 

Mes huiles végétales préférées en cosmétique minimaliste Mes huiles végétales préférées en cosmétique minimaliste Mes huiles végétales préférées en cosmétique minimaliste


N'hésitez pas à réagir à cet article ou à partager votre expérience en laissant un commentaire ci-dessous, ou sur les réseaux sociaux !
Partagez cet article