Blog
Financer une association par mon achat

Financer une association par mon achat

Philosophie BIO minimaliste Actualité
Sans avoir à rajouter, la Maison Sidonie Champagne s'engage auprès d'associations pour reverser 10 € à partir de 100 € d'achat. Découvrez les associations et les initiatives solidaires et citoyennes qui en bénéficient En savoir plus...

On vous demande parfois d'ajouter quelques centimes ou quelques Euros de plus à un achat pour que la marque reverse cette argent sous forme de don à une association.  Asso'lidaire ne vous demande rien de plus. Vous achetez vos produits en ligne sur le site et nous nous chargeons de reverser 10 € pour 100 € d'achat...

Asso'lidaire c'est une vitrine qui met lumière des associations environnementales et des initiatives citoyennes que la Maison Sidonie Champagne a mis en place en 2021 pour déclencher des dons grâce à vos commandes sur le site, sans ajout de votre part. C'est un achat avec du sens.

C’est bien nous qui mettons la main à la poche. En achetant pour 100 € sur le site, nous reversons 10 € à l’organisation de votre choix. Cette redistribution volontaire auprès de petites structures me tient à cœur, loin des majors qui siphonnent les dons aux petites structures.

Découvrez comment fonctionne ce principe d'achat solidaire

Pourquoi se contenter de 1 % pour la planète ? Nous soutenons par nos propres moyens des ONG et surtout nous leur donnons une visibilité. Nous sommes 100 % engagés avec Asso’lidaire. 

Tout comme la Maison Sidonie Champagne est une entreprise familiale. Il nous parait naturel de ne pas nous associer à des causes main stream, la sélection Asso’lidaire met à l’honneur ces associations ou initiatives que je qualifie d'alternatives. Ces initiatives plus discrètes mais qui œuvrent souvent plus fort, je veux dire en dégageant plus de temps, plus de part de budget à la mission et moins à leur image. Comme moi, elles sont plus dans l’action que dans la communication.  

Elles sont souvent locales ou bien Nationales tout au plus. Parce que je  suis convaincue qu’une organisation autant qu’une marque de cosmétique qui cherche à envahir l’Europe en 2021 n’est pas aussi naturelle que son discours le laisse supposer. Vouloir capter tous les marchés est d'un autre temps, à l’instar de marques qui se sont créées depuis cette dernière décennies et veulent régner sans partage. La communication seule ne suffit pas à m’en convaincre. 

La Nature au contraire, préfère le monde du petit, du local, du soutenable.

Je milite pour une cosmétique de proximité et de forme artisanaleJe milite pour essaimer des modèles, de territoires en territoires et laisser les initiatives se multiplier et vivre là où elles se sont initiées. Je milite pour la diversité, pour l’inventivité (pauvre en cosmétique). 

Laissez moi vous présenter les initiatives qui font Asso’lidaire et choisissez celle que vous voulez soutenir :

 

L’association Francis Hallé                                                                    

Un partenariat né de la rencontre avec ce grand défenseur des forêts primaires. Ilest scientifique, Docteur en biologie, diplômé de la Sorbonne, et docteur en botanique tropicale. Il œuvre à lier la science et l’art, à comprendre la majesté des forêts primaires à travers la planète. Il les a étudiées, contemplées, ressenties, jusqu’à en devenir l’un des plus grands défenseurs. Son projet de recréer une forêt primaire de 70000 Ha sur le sol Européen de l’Ouest nous élèverait au rang des autres continents, qui eux, ont su les préserver.

Je vous conseille la lecture du son manifeste pour une forêt primaires en Europe de l’Ouest aux éditions actes sud   

Le FIFO                                                                                                      FIFO festival du film ornithologique de Ménigoute

Est l’association qui pilote chaque année l’organisation du Festival du film ornithologique de Ménigoute dans les Deux-Sèvres. Nous y sommes présents depuis 2014. Les festivals dans tous les domaines ont besoin de toute notre attention et notre soutien pour permettre à des artistes, à des amoureux de la planète, à des aventuriers des steppes ou des pampas de nous faire rêver par leurs créations audiovisuelles. Sans notre soutien, l’art s’appauvrit, internet formate et appauvrit les offres. Merci pour eux, un monde sans art ne serait plus que marchand. 

Planète mer                                                                                                      

Est l’association qui pilote chaque année l’organisation du Festival du film ornithologique de Ménigoute dans les Deux-Sèvres. Nous y sommes présents depuis 2014. Les festivals dans tous les domaines ont besoin de toute notre attention et notre soutien pour permettre à des artistes, à des amoureux de la planète, à des aventuriers des steppes ou des pampas de nous faire rêver par leurs créations audiovisuelles. Sans notre soutien, l’art s’appauvrit, internet formate et appauvrit les offres. Merci pour eux, un monde sans art ne serait plus que marchand. 

 

APIEEE                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

Derrière cet acronyme il n’est pas question d’abeilles ni de d’oiseaux mais d’eau (Association de Protection, d’Information et d’Etudes de l’Eau et de son Environnement). L’eau c’est la vie raison de plus pour la défendre, qu’elle reste accessible aux humains mais surtout à toute la biodiversité, dans son environnement naturel, sans accaparement par un petit nombre. L’APIEEE peut se faire « subversive » par les grands médias. Elle est au contraire un mouvement citoyen qui regroupe la majorité contre une minorité dominatrice. L’agriculture intensive cherche à privatiser toujours plus de ressources en construisant des méga-bassines. Mettre la main sur l’eau en grande quantité est stratégique pour abreuver leurs plantes (devrai-je dire leur plante au singulier car il s’agit la plupart du temps du sempiternel et quasi aquatique maïs), semées sur des parcelles à perte de vue, dépourvues de haies sur des dizaines ou même centaines d’hectares, arrosés copieusement de cette eau précieuse dont une grande quantité part en évaporation en touchant le sol chaud des terrains rendus stériles par des années d’herbicides. C’est ce modèle pourtant que soutiennent nos Etats, les mêmes qui se montrent aux COP 1-2-3………., qui promettent le monde de demain. Plutôt que changer leur modèle, ils manifestent depuis 50 ans pour conserver leurs privilèges et ils ont l’oreille attentive de nos gouvernants, de nos tribunaux, de nos préfets… Essayez en tant que simple citoyen de brancher une petite pompe sur un cours d’eau pour arroser votre potager pour voir ! de déverser un modeste seau de lisier sur une Préfecture, de démonter un quelconque équipement public, vous risquez la tôle. Les agriculteurs Intensif, avec leur cortège d’avocats le peuvent pourtant, tout autant que vous ravir des millions de mètres cube, sous votre nez si vous ne faites rien ! L’histoire les jugera mais en attendant c’est ce combat que je vous propose de soutenir, pour l’avenir de nos enfants et de la biodiversité.  

 

Prom’haies :                                                                                                                                                                                                                                                                                       

L'association promeut la haie et les arbres hors forêt. de toutes formes et dans tous les milieux, en Nouvelle Aquitaine (qui a pensé que les Vendéens étaient sectaires ?). Ces végétaux jouent de nombreux autres rôles qui relèvent de l’intérêt général (protection des sols, brise-vent, régulation du climat, accueil de la biodiversité, amélioration de la qualité et de l’écoulement de l’eau, diversification des paysages…). Les arbres et les haies sont incontournables lorsqu’on parle d’agriculture, de production, de qualité et d’écoulement des eaux, de biodiversité, de corridors écologiques, de paysage… Ils sont transversaux en matière de Développement Durable, car ils touchent les domaines économiques, environnementaux et sociaux. Vous aimez les arbres, vous voulez en voir plus, peut-être comme moi à Benet entourés de grosses exploitations agricoles intensives qui ont arraché les haies impunément pendant des décennies (ça continue d’ailleurs), alors soutenez Prom’haies en Nouvelle Aquitaine.

 

Travel’n Roll                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

C'est l'exception d’Asso’lidaire. C’est le nom que mon ami et voisin Geoffrey Roy a donné à son initiative que je qualifie d’œuvre artistique à travers l’image et le reflet de conditions de vie que nous connaissons peu en Europe. Geoffrey est un homme curieux et ingénieux qui parcours le monde à le rencontre des plus démunis, avec très peu d’argent en poche et en limitant son impact carbone. Il voyage en bateau stop, à vélo ou à pieds. Il s’est arrêté en 2021 au labo et il a passé quelques jours avec nous. Un très beau reportage photo en est sorti, merci à lui. C’est un peu ma contribution retour. Découvrez sa dernière aventure avec l’objectif de rencontrer Pépé Mujica (Ex Président de l’Uruguay) et son épouse Lucia Topolanski (sénatrice). Suivez l’avancement de ce périple

 

Merci pour vos soutiens et à mes partenaires

Pour créer Asso’lidaire j’ai contacté plusieurs associations ayant un rapport avec l’environnement et je suis certainement passée à côté de très belles organisations mais je reste ouverte aux propositions. Je tiens à remercier chaleureusement Travel’n Roll, Prom’haies, l’APIEEE, Planète Mer,  le FIFO et l’association Francis Hallé d’avoir accepté. J’en profite d’ailleurs pour citer également plusieurs autres associations hors Asso’lidaire à qui j’apporte un soutien depuis plusieurs années : caméra Natura, Le festival Rêve de Court (Festival du court métrage à Benet), le petit théâtre des Alouettes et plusieurs associations locales artistiques et de loisirs très sympathiques.

L’entreprise artisanale, à taille humaine pour s’engager au cœur des territoires.

Comme je vous le disais plus haut, vouloir envahir l’Europe avec des produits n’est pas soutenable pour la nature. Les transports coûtent une énergie de dingue et l’électricité n’y changera pas grand-chose. Ces transports ne sont plus soutenables. L'industrialisation les a banalisés, optimisés, jusqu’à devenir trop bon marché monétairement et bien trop coûteux du point de vue de la pollution qu’ils génèrent. Les coûts réels des transports devraient être revalorisés et en les limitant, il serait aisé de recentrer les marchés localement. Mais quand on construit des portiques, des voyous les détruisent impunément. Se tailler des marchés colossaux à l’échelle de continents ou du monde asservit de plus en plus la nature déjà fragilisée par l'homme et l'industrie.

Au lieu de partager les marchés, de multiplier les intiatives, l’économie mondiale est batie sur la conquête individuelle, la nomalisation, l’accapramment, le marketing, l'obsolescence. Ces conquêtes arrogantes et coûteuses en carbone sont d’un autre âge et les sociétés qui nous succéderont, par résilience, les limiteront parce que l’humain a toujours su s’adapter. Mais les dérèglements actuels sont trop rapides pour nous laisser le temps de l’adaptation. La mondialisation, on commence à s’en rendre compte en tentant de relocaliser (trop tard ?), précipite le monde vers sa fin. Mesdames et Messieurs les dirigeant, je vous rappel que gouverner c’est prévoir et depuis 50 ans, qu’avez-vous prévu, anticipé ? Les entreprises ont une responsabilité dans cette fuite en avant, elles devront dans les années (mois ? semaines ? jours ?) qui viennent répondre à d’autres besoins que la seule élaboration de produits, de services, de communication et de conquête. Nos missions ne doivent pas seulement être économiques ou marketing, le green-washing deviendra de plus en plus criant dans les années à venir, et vouloir s'exporter au loin deviendra peu acceptable par la société de consommation. Nous sommes l’un des derniers remparts de la société. Nos services publics se dégradent. L’Etat se désengage, se planque derrière des sites internet, contentez-vous des FAQ ou transige en faveur des voyous, dénigre les Maires surtout lorsqu’ils sont de courageux lanceurs d’alertes. L’Etat ne tient pas compte des débats citoyens (convention citoyenne pour le climat), il se désengage de ses responsabilités pour se concentrer sur le régalien, la répression, l'image des dirigeants et rétablir les privilèges d’un petit nombre en cherchant à faire travailler toujours plus, plus vite et plus longtemps la masse.

Pour toutes ces raisons, chacun doit pouvoir compter avec les entreprises locales et familiales dans le futur, j’espère en être une digne représentante, seuls vous avez le pouvoir de me juger ! 

En prime avant de nous quitter…

J’en profite pour vous présenter bassines non merci ! , avec ou sans moi, je suis sûre que vous saurez les soutenir…

 

En savoir plus...



N'hésitez pas à réagir à cet article ou à partager votre expérience en laissant un commentaire ci-dessous, ou sur les réseaux sociaux !
Partagez cet article